Evolution ou Création

Réponses aux erreurs et mensonges du créationnisme

Outils pour utilisateurs

Outils du site


l_evolution_n_est_pas_prouvee

L'évolution n'est pas prouvée et n'a jamais été observée.

L'évolution n'est pas prouvée et n'a jamais été observée1).

Réponse résumée

“Rien en biologie n’a de sens, sinon à la lumière de l’évolution”

Theodosius Dobzhansky

Quasiment tous les domaines de la biologie prouvent l’évolution : Paléontologie, systématique, anatomie, génétique, embryologie, écologie. Plus important, aucune preuve contraire n’a jamais été apportée en 160 ans de recherche.

Réponse détaillée

De très nombreuses preuves existent, notamment des cas de macro-évolution2) :

Systématique

  • Le classement des différentes espèces actuelles (systématique) a conduit à la création de groupes ordonnées basé sur des caractères communs, compatible avec un modèle par ascendance commune, appelé « arbre de la vie ». Même si ce n’est pas une preuve à proprement parler, ces ressemblances ont commencé à orienté les naturalistes de l'époque à l'idée d’une transformation des espèces entre elles. En effet, aucune raison pour que certains caractères soient partagés entre tous les organismes d’un groupe, à part une ascendance commune. Pourquoi tous les reptiles sont à sang froid ? Pourquoi les baleines n’ont pas de branchies ?
  • La systématique s’est retrouvé souvent dans des cas difficiles à trancher, où la limite entre espèces est floue et purement subjective.

Registre fossile

  • Les formes de vie fossiles apparaissent dans un ordre chronologique, montrant des changements compatibles avec une descendance commune sur des centaines de millions d'années, avec l'apparition progressive de caractères de plus en plus complexes qui se transmettent aux organismes ultérieurs. Illogique avec une création soudaine.

Histoire évolutive des chevaux (simplifiée).

  • De nombreux cas de formes transitoires entre les groupes définis ont été trouvées dans les archives fossiles.
  • Les animaux fossiles ont, au fil de leur découverte, confirmés en grande partie le classement taxonomique initial basé sur les organismes actuels.

Anatomie

  • L'évolution prédit que les nouvelles structures sont adaptées d'autres structures déjà existantes et que, par conséquent, la similarité des structures devrait refléter l'histoire de l'évolution plutôt que la fonction. Nous voyons cela fréquemment. Par exemple, des mains humaines, des ailes de chauve-souris, des cuisses de cheval, des nageoires de baleine et des membres antérieurs de taupe ont tous une structure osseuse similaire, malgré leurs fonctions différentes.

  • Lorsque deux organismes développent la même fonction indépendamment, des structures différentes sont souvent utilisées. Par exemple, les ailes des oiseaux, des chauves-souris, des ptérosaures et des insectes ont toutes des structures différentes. Le vol à voile a été mis en œuvre de nombreuses autres manières. Encore une fois, cela s'applique aussi au niveau moléculaire.
  • De nombreux organismes présentent des caractères rudimentaires ou inutiles, tels que des yeux aveugles ou des ailes inutilisables, y compris chez l'homme.
  • Des atavismes se produisent parfois. Un atavisme est la réapparition d'un personnage présent chez un ancêtre distant mais perdu dans les ancêtres immédiats de l'organisme. Nous ne voyons que des atavismes compatibles avec les histoires évolutives des organismes.
  • Les contraintes de l'histoire de l'évolution conduisent parfois à des structures et des fonctions sous-optimales. Par exemple, la gorge humaine et le système respiratoire empêchent de respirer et d’avaler en même temps et nous rendent susceptibles de nous étouffer. Ainsi de nombreuses bizarreries de la nature sont logiques dans une cadre évolutionniste, illogiques si l’œuvre d’un créateur.

Embryologie

  • L'ontogenèse (embryologie et biologie du développement) fournit des informations sur le cheminement historique de l'évolution d'un organisme. Par exemple, les embryons de baleines et de nombreux serpents développent des membres postérieurs qui sont réabsorbés avant la naissance. L'homme possède (comme tous les vertébrés) des fentes branchiales à un stade du développement.

Écologie

  • La distribution des espèces est cohérente avec leur histoire évolutive supposée. Par exemple, les marsupiaux sont principalement limités à l’Australie et les exceptions sont expliquées par la dérive des continents. Les îles éloignées ont souvent des groupes d'espèces très diversifiés dans leurs habitudes et leur apparence générale mais étroitement liés génétiquement. exemple : La diversité des écureuils coïncide avec les changements tectoniques et du niveau de la mer 3). Ici aussi, cette cohérence persiste lorsque la distribution des espèces fossiles est incluse.
  • Les cas de spéciation en anneaux, où 2 espèces, non interfécondes, sont séparées par plusieurs sous-espèces avec lesquelles elles peuvent se reproduire.
  • La sélection naturelle a été souvent testée et vérifiée4) 5). L’élevage a appliqué les mêmes principes, et montre la grande diversité que des organismes peuvent prendre sous son action.

Génétique

  • Toutes les formes de vie utilisent des mécaniques de réplication, métabolisme et d’hérédité identique : ARN/ADN, acides aminés. Aucune raison pour cela, à part de descendre d'un ancêtre commun. Les humains partagent ainsi un pourcentage important de leurs gènes, probablement plus de 70%, avec une mouche des fruits ou un ver nématode. On peut objecter que ce serait le cas avec un créateur, mais cela supposerait un certain manque d’imagination (surtout considérant qu’il possible de créer un système type ADN avec d’autres bases6)).
  • L'analyse des gènes donnent le même arrangement de l'arbre de vie que les autres domines de la biologie. Nous obtenons ainsi essentiellement les mêmes résultats, qu’il s’agisse de traits morphologiques, biochimiques ou génétiques. Ainsi les humains sont plus proches génétiquement des singes que des autres animaux par exemple.
  • L'analyse des gènes permet également de montrer comment la nature peut utiliser des structures existantes pour d'autres fonctions. Par exemple, un gène responsable de la formation des membres inférieurs chez l'humain est utilisé par le calamar pour la formation des lentilles des yeux7).
  • L'analyse des ressemblances génétiques : Un chromosome humain, par exemple, est très similaire à deux chromosomes des chimpanzés mis bout à bout; il s'est probablement formé à partir de la jonction de deux chromosomes 8).
  • La sous-optimalité apparaît également au niveau moléculaire. Par exemple, une grande partie de l’ADN n’est pas fonctionnelle. Certains ADN non fonctionnels, tels que certains transposons, pseudogènes et virus endogènes, présentent une structure héréditaire indiquant une ascendance commune 9).
  • L’analyse de l’horloge moléculaire , en comparant les mutations des gènes les plus communs chez les êtres vivants (sans impact phénotypique) se ressemblent entre groupes proches. Ceci permet, en prenant ne compte la vitesse de mutation, de dater le dernier ancêtre commun entre 2 espèces par exemple.

Biochimie

  • Certains organites présents dans les cellules, tel les mitochondries, possèdent leur propre matériel génétique, indiquant qu’il s’agissait d’organismes indépendants, qui ont fusionné chez les eucaryotes. Ici aussi, ce serait illogique si c’était l’œuvre d’un créateur.

Microbiologie

  • L''évolution est observée quotidiennement chez les bactéries : changement génétique héréditaire, variation et changement morphologiques, changement fonctionnel et sélection naturelle, notamment dans le phénomène de résistance aux antibiotiques.
  • Des associations d'organismes unicellulaire en organisme multicellulaire sont observés en laboratoire10).

L'évolution en direct

Quelques cas de “macro-évolution” (dans le sens de changement morphologique) ont été observé :

  • Les lézards de Pod Mrcar11)
  • L'anole vert12)
  • Une évolution des systèmes sensoriels13) chez les cafards.
  • Sur un temps plus long, mais toujours sur des temps historiques, l'évolution a été prouvée par l’élevage (notamment des chiens) et l'agriculture14).

Conclusion

Les découvertes en Biologie depuis 150 ans pointent toutes vers la même grande image. Elles indiquent sans équivoque une évolution des espèces, y compris une ascendance commune, des changements dans le temps et une adaptation influencée par la sélection naturelle.

Et tout aussi important, aucune preuve du contraire n’a jamais été apportée. On peut être plus ou moins convaincu par telle ou telle preuve, mais on n’a aucun fait qui viendrait l’infirmer.

De plus, beaucoup de faits en biologie sont difficilement explicable par un créateur, sauf à admettre que celui-ci fait de nombreuses erreurs de conception.

Enfin, ces différentes preuves se corroborent les unes les autres et sont cohérentes entre elles : Par exemple, des preuves de la duplication de gènes dans le génome de la levure montrent que sa capacité à fermenter le glucose a évolué il y a environ quatre-vingts millions d'années. Des preuves fossiles montrent que les fruits fermentescibles sont devenus importants à peu près au même moment. Les preuves génétiques de changements majeurs à cette époque se retrouvent également dans les plantes à fruits et les mouches des fruits 15).

Preuve par l’absurde

On peut également faire le raisonnement inverse : si l'évolution n'existait pas ?

Alors, il faudrait (à minima16)) :

  • que tous les fossiles soient faux ou mal datés
  • que les limites entre espèces vivantes soient facilement et clairement définies.
  • que l'ADN n'existe pas (ou ne soit pas le siège de l’hérédité)
  • qu’on observe aucune mutations entre générations
  • qu’on observe aucune spéciation

Voir aussi

Pages connexes

Références

1)
Morris, Henry M. 1985. Scientific Creationism. Green Forest, AR: Master Books, pp. 4-6.
2)
Theobald, Douglas. 2004. 29+ Evidences for macroevolution: The scientific case for common descent. http://www.talkorigins.org/faqs/comdesc/
3)
Mercer, John M. and V. Louise Roth. 2003. The effects of Cenozoic global change on squirrel phylogeny. Science 299: 1568-1572.
5)
L'évolution de Darwin dans une expérience de 25 ans au laboratoire, futura-sciences.com, CNRS, Publié le 11/05/2014
8)
Yunis, Jorge, and Om Prakash, 1982. The origin of man: A chromosomal pictorial legacy. Science 215: 1525-1530. See http://www.indiana.edu/~ensiweb/lessons/chr.bk1.html for Fig. 2a: Human and chimpanzee chromosomes 1-4.
14)
Exemple du Maïs, La plante domestiquée, chapitre 11
15)
Benner, S. A., M. D. Caraco, J. M. Thomson and E. A. Gaucher. 2002. Planetary biology–paleontological, geological, and molecular histories of life. Science 296: 864-868.
l_evolution_n_est_pas_prouvee.txt · Dernière modification: 2019/08/08 09:29 par kawekaweau