Evolution ou Création

Réponses aux erreurs et mensonges du créationnisme

Outils pour utilisateurs

Outils du site


la_theorie_de_l_evolution_est_un_dogme

L’évolution est un dogme

  • La théorie de l'évolution, pour diverses raisons non scientifiques, a obtenu le statut de dogme. On ne peut exprimer des doutes à la théorie, en soulevant des contres-exemples, sans être traité d’hérétique1).
  • la théorie de l’évolution ne peut être remis en cause
  • Aucune preuve contre l’évolution ne serait étudiée par les scientifiques
  • Les scientifiques créationnistes sont ignorés.

Réponse courte

Comme toute théorie scientifique, la théorie de l’évolution n’explique et (n’expliquera sans doute jamais) tous les phénomènes. Mais à chaque découverte qui ne correspond pas au postulat actuel, elle est modifiée pour en tenir compte. Toutes les découvertes de la biologie depuis 200 ans n’ont jamais contredite l’idée principale (et qui gène les créationnistes) que les espèces vivantes sont toutes apparentées.

Réponse détaillée

1) L'évolution est loin d'être sacro-sainte ou dogmatique. Depuis que Darwin en a formulé la proposition initiale, plusieurs aspects importants ont été révisés, en raison de nouvelles découvertes :

  • Hérédité mendélienne: Darwin pensait que les gènes étaient influencés par l'environnement de l'organisme, une sorte d'héritage lamarckien qu'il a appelée “pangenèse”.
  • Spéciation: Pendant longtemps, la plupart des biologistes ont rejeté le point de vue de Darwin sur les causes de l'apparition de nouvelles espèces (sélection naturelle) en faveur de l'isolement géographique. Ce n’est que récemment que le point de vue de Darwin est redevenu une cause parmi d’autres.
  • Saut de gènes: Barbara McClintock a reçu le prix Nobel pour avoir démontré que les gènes peuvent se déplacer d’un endroit à l’autre du génome2).
  • Origines symbiotiques des organites: Lynn Margulis a proposé que les ancêtres des cellules eucaryotes soient issus de cellules procaryotes réunies en “consortiums symbiotiques” 3).
  • Dérive génétique: selon cette idée de Sewall Wright, de nombreux changements génétiques dans les populations sont dus à la dérive aléatoire plutôt qu'à la sélection naturelle4).
  • La théorie neutraliste, proposant que les espèces varient principlament par des mutations neutres, sans sélection naturelle (ou presque neutre, dans l'extension de la théorie d'Ohta; 5); 6).
  • Prions: la découverte d'une nouvelle “forme de vie” qui se réplique sans matériel génétique via un changement catalytique de configuration moléculaire. Cela a valu un prix Nobel à Stanley B. Prusiner.
  • Transfert de gène latéral: Certains matériels génétiques ne sont pas hérités d’un ancêtre immédiat, mais d’organismes très éloignés 7)
  • La théorie des équilibres ponctués de Stephen Jay Gould et Niles Eldredge a remis en cause l’idée de changement graduel et réguliers par des phénomènes de stase, ponctuées de brèves périodes de changements importants8).

Tous ces éléments montrent que la théorie de l’évolution peut (et a souvent) été remise en question. Mais la vérité que les créationnistes refusent, c’est que toutes les découvertes en biologie depuis Darwin (et même avant lui) n’ont jamais contredite l’idée principale que les espèces vivantes sont toutes apparentées.


2) La théorie de l’évolution fait l'objet de nombreuses expérimentations9), dont certaines ont montré qu'une correction est nécessaire. Corriger une théorie scientifique renforce la théorie (corrigée). Les tests et les corrections (depuis plus de 160 ans, rappelons-le) expliquent la forte confiance en l’évolution qu’ont les scientifiques aujourd'hui. Si l'évolution était dogmatique, elle ne serait ni testée ni révisée.


3. Certains critiques de l'évolution sont traités comme des « parias » non pas parce qu'ils critiquent l'évolution, mais parce qu'ils ne savent pas de quoi ils parlent. Answers in Genesis (AIG) reconnaît le problème des créationnistes peu convainquant, faisant plus de tort que de bien à la réputation des créationnistes10). Par exemple, il est courant de voir des créationnistes exiger comme fossiles de transition, des formes qui iraient en fait à l’encontre de la théorie de l’évolution, comme des animaux à demi-ailes ou à demi-nageoire. De même, pour les arguments de la seconde loi de la thermodynamique, ou de la complexité irréductible, etc…. La liste des mauvais arguments d'AIG effleure à peine la surface.


4. Même si des cas de « scientifiques » créationnistes existent, ils n’ont aucune influence sur les débats en biologie car ils présentent aucune preuve (en général, ils se contentent d’affirmer qu’un phénomène est impossible, sans dire pourquoi) (ex de l’abiogénèse). Et n’ont aucune théorie scientifique à présenter. Les vrais « infidèles » de l'évolution , tels que Barbara McClintock, Stanley Prusiner, sont acclamés.


5. L'accusation de dogmatisme est presque amusant quand on connait en réalité le milieu scientifique, en particulier la biologie : les discussions sur la classification des espèces ou l'ajout de Domaine montrent que les biologistes n’hésitent pas revoir entièrement leurs modèles, même des concepts acceptés depuis plusieurs siècles.


6. Les travaux créationnistes utilisent souvent des documents scientifiques dans leurs tentatives de discréditer l'évolution (toujours déformés évidemment). Si l'évolution est « sacrée », comment les créationnistes peuvent-ils trouver si facilement des articles scientifiques à utiliser contre elle ?


6. Cet argument est contradictoire avec d'autres arguments créationnistes tels que :

Erreur de l’argument

  • Méconnaissance des preuves
  • Conspirationnisme

Voir aussi

Pages connexes

Références

3)
Margulis, Lynn. 1981. Symbiosis in Cell Evolution, San Francisco: W. H. Freeman & Co
4)
Dérive génétique, evolution-biologique.org/
5)
Kimura, M. 1983. The Neutral Theory of Molecular Evolution, Cambridge: Cambridge University Press.
6)
Ohta, Tomoko. 1992. The nearly neutral theory of molecular evolution. Annual Review of Ecology and Systematics 23: 263-286.
7)
Woese, Carl R. 2000. Interpreting the universal phylogenetic tree, Proceedings of the National Academy of Science USA 97(15): 8392-8396, par exemple
8)
Stephen Jay Gould, La Structure de la théorie de l'évolution, Éditions Gallimard, 2006, pages 1427-1430
la_theorie_de_l_evolution_est_un_dogme.txt · Dernière modification: 2019/09/23 10:21 par kawekaweau