Evolution ou Création

Réponses aux erreurs et mensonges du créationnisme

Outils pour utilisateurs

Outils du site


le_registre_fossile_montre_des_sauts

Le registre fossile montre des sauts

Si l'évolution se fait par l'accumulation de petites étapes, nous devrions voir un continuum lisse de créatures à travers les archives fossiles. Au lieu de cela, nous voyons de longues périodes où les espèces ne changent pas et il y a des écarts entre les changements.

Source

  • Morris, Henry M., 1974. Scientific Creationism, Green Forest, AR: Master Books, pg. 78.
  • Johnson, Phillip E., 1990. Evolution as dogma: The establishment of naturalism. First Things no. 6, p. 15-22, http://www.arn.org/docs/johnson/pjdogma1.htm

Réponse

1. L’idée que le changement graduel devrait apparaître dans l’ensemble des archives fossiles s’appelle gradualisme phylétique. Il repose sur les principes suivants:

a. De nouvelles espèces naissent de la transformation d'une population ancestrale en ses descendants modifiés.
b. La transformation est lente et régulière.
c. La transformation concerne la majorité ou la totalité de la population ancestrale.
d. La transformation se produit dans la plupart ou la totalité de l'aire géographique de l'espèce ancestrale.

Cependant, tous les points sauf le premier se révèlent la plupart du temps faux. Des études sur les populations modernes et les espèces naissantes montrent que les nouvelles espèces résultent principalement de la division d'une petite partie des espèces d'origine depuis une nouvelle zone géographique. La génétique des populations de petites populations permet à cette nouvelle espèce d'évoluer relativement rapidement. Son évolution pourrait lui permettre de s'étendre dans de nouvelles zones géographiques. Étant donné que les transitions se produisent assez rapidement et dans un espace relativement restreint, elles ne figurent souvent pas dans les archives fossiles. L'apparition soudaine dans les archives fossiles reflète souvent simplement le fait qu'une espèce existante s’est déplacée dans une nouvelle région.

Une fois que les espèces sont bien adaptées à un environnement, les pressions sélectives ont tendance maintenir leurs caractéristiques. Un changement de l'environnement qui modifie la pression sélective mettrait alors fin à la “stase” (ou conduirait à l'extinction).

Il convient de noter que même Darwin ne s’attendait pas à ce que le taux de changement évolutif soit constant1) :

la sélection naturelle n’agit que très lentement et seulement à de longs intervalles, et seulement aussi sur quelques habitants d’une même région. Je crois, en outre, que ces résultats lents et intermittents concordent bien avec ce que nous apprend la géologie sur le développement progressif des habitants du monde.

(Circonstances favorables à la production de nouvelles formes par la sélection naturelle, chap. 4)

je ne prétends pas dire, bien entendu, que cette série soit aussi régulière qu’elle l’est dans le diagramme, bien qu’elle ait été représentée de façon assez irrégulière ; je ne prétends pas dire non plus que ces progrès soient incessants ; il est beaucoup plus probable, au contraire, que chaque forme persiste sans changement pendant de longues périodes, puis qu’elle est de nouveau soumise à des modifications

(Effets probables de l’action de la sélection naturelle, par suite de la divergence des caractères et de l’extinction, sur les descendants d’un ancêtre commun, chap. 4)

Le docteur Falconer a encore signalé une considération plus importante, qui conduit à la même conclusion, c’est-à-dire que la période pendant laquelle chaque espèce a subi des modifications, bien que fort longue si on l’apprécie en années, a dû être probablement fort courte en comparaison du temps pendant lequel cette même espèce n’a subi aucun changement.

(De l’absence de nombreuses variétés intermédiaires dans une formation quelconque, chap 10).

Je dois rappeler ici une remarque que nous avons déjà faite ; c’est qu’il doit falloir une longue succession de siècles pour adapter un organisme à des conditions entièrement nouvelles, telles, par exemple, que celle du vol. En conséquence, les formes de transition ont souvent dû rester longtemps circonscrites dans les limites d’une même localité ; mais, dès que cette adaptation a été effectuée, et que quelques espèces ont ainsi acquis un avantage marqué sur d’autres organismes, il ne faut plus qu’un temps relativement court pour produire un grand nombre de formes divergentes, aptes à se répandre rapidement dans le monde entier.

(Apparition soudaine de groupes entiers d’espèces alliées, chap. 10)

L’image du changement lent et régulier, résulte d’une mauvaise compréhension des processus évolutifs, certes répandus, mais incorrects. L’affirmation créationniste s’oppose donc à une théorie qui n’existe pas2).

2. L'imperfection des archives fossiles (dues à l'érosion et aux périodes défavorables à la conservation des fossiles) provoque également des lacunes, et il est probable qu’on ne pourra jamais toutes les combler.

3. Il existe certaines séquences de transition qui, malgré un rythme de changement inégal, montrent toujours un continuum graduel de formes.

4. Les archives fossiles montrent encore de nombreux changements au fil du temps. Les créationnistes, qui notent les nombreuses lacunes, n'admettent presque jamais la conclusion logique: si elles sont dues à la création, il y a eu des centaines, voire des millions, d'événements de création distincts éparpillés dans le temps.

Erreur de l’argument

  • Méconnaissance de la théorie

Voir aussi

Pages connexes

Références

1)
Darwin, C. 1872. De l'Origine des espèces, 6e Edition, trad :Edmond Barbier, disponible sur http://www.ebooksgratuits.com
le_registre_fossile_montre_des_sauts.txt · Dernière modification: 2019/03/12 12:36 par kawekaweau